Tout les articles dans la section Jeûne

Marc Lajoie

Le grand retour du jeûne?

Une pratique louangée… avec quelques bémols [Sylvie St-Jacques – La Presse+]

Le matin, la première chose que je fais sur mon ordinateur, c’est de consulter ma boite de courriels. Un courriel de mon paternel attire mon attention : [Le grand retour du jeûne – La Presse+]. Inutile de souligner que j’ai immédiatement lu cet article avec intérêt. Je constate, après une deuxième lecture, que la journaliste Sylvie St-Jacques a fait un travail juste sur un sujet qui est de plus en plus en vogue depuis quelques années. L’engouement pour le jeûne au Québec en est à ses premiers balbutiements. Par contre, aux États-Unis, en Angleterre et en France, la littérature, les recherches, les articles, les méthodes et protocoles se multiplient. Je soupçonne madame Arsenault d’avoir un intérêt plus que journalistique sur le sujet, son travail de recherche correspond aux sources scientifiques que j’accumule depuis 2013 : Mark Mattson, Dr Valter Longo et tout récemment Dr Jason Fung, qui sont des références dans les recherches du jeûne et du jeûne intermittent. Pour ma part, la liste serait incomplète sans parler des travaux de recherches cliniques de Krista Varady, professeur associé en nutrition de l’Université d’Illinois à Chicago et Michael Mosley, ce journaliste qui a expérimenté lui-même le jeûne dans le documentaire Eat, Fast and Live Longer (BBC), diffusé en 2012 dans le cadre de la série Horizon.

Qu’est-ce qui est plus drastique : enlever les trois quarts de l’estomac avec une chirurgie bariatrique ou prescrire le jeûne ?

Dans l’article, le cardiologue Martin Juneau, en vient à la conclusion que le jeûne est peut-être une méthode draconienne, sur le plan pratique, mais, « qu’est-ce qui est plus drastique : enlever les trois quarts de l’estomac avec une [intervention de] chirurgie bariatrique ou prescrire le jeûne ? ». Il est vrai de souligner que les études scientifiques commencent à peine, mais bientôt, de plus en plus d’études sur des cas cliniques d’hommes et femmes pourront nous en apprendre plus. Je prédis même que ces études seront concluantes en lien avec les bienfaits du jeûne sur notre santé, et là, d’autres études verront le jour pour contredire ces premières études. Elles seront peut-être financées par des corporations, qui sait?

Le jeûne n’est pas un médicament, par contre il peut être prescrit pour la santé et l’industrie pharmaceutique ne pourra en tirer profit. Merci à mon papa qui connait bien mon champ d’intérêt.

À lire : Une pratique louangée… avec quelques bémols – La Presse+ par Sylvie St-Jacques


Source : Une pratique louangée… avec quelques bémolsLa Presse+ par Sylvie St-Jacques